Madame Bâ, Erik Orsenna

Publié le par Geneviève

éditions Fayard / Stock

L'auteur est devenu Madame Bâ, une femme africaine qui force l'admiration et que l'on aime forcément : lucide, courageuse, combative et aimante. On voudrait tant lui ressembler... et le monde ne serait plus le même. Un roman d'une grande qualité, humaine, littéraire et sociologique, on en redemande !
GL

Madame Bâ est Malienne, elle s'adresse au Président de la République française pour obtenir un visa pour la France car elle veut retrouver son petit fils "kidnappé" par des marchands de rêve footbalistique. Tout en remplissant le formulaire de demande de visa, elle décrit sa vie qui a bien du mal à entrer dans les petites cases.

Extraits :
Mon père retrouva sa langue
le premier.
- L'eau relie donc entre eux les morceaux séparés du monde.
- Exactement.
- Et c'est de ce contact que naît la vie ?
L'ingénieur approuva. Evidemment, l'eau avait d'autres fonctions, mais l'essentiel était là.
Comme ils m'avaient oubliée, petite fille incapable d'intelligence, je décidai de prendre à mon tour la parole.
- Moi aussi j'ai compris : l'eau guérit de la solitude.
- Tu ne crois pas si bien dire. sans eau, tu ne serais qu'un amas de miettes, et non cette personne unique, cette brillante Marguerite, fierté de ses parents.
- Alors je vais boire beaucoup plus qu'avant.

Monsieur le Président, il y a des hommes qui vous changent en princesse. Ce n'est pas difficile pour un homme, après tout, de changer une femme en princesse. Il suffit de lui prouver qu'elle vous est utile, infiniment utile. Et pourtant rares sont ces hommes-là, capables d'avouer ce genre de besoin. Le besoin n'est pas toujours une faiblesse, Monsieur le Président.

Commenter cet article